Mieux construire nos bâtiments, nos rues, nos quartiers, nos agglomérations

N'ayons pas peur du Réseau Express Vélo

Par: Olivier Morneau
10 novembre 2020

Rev

Samedi dernier a eu lieu le lancement citoyen du Réseau Express Vélo (REV), à Montréal. Des centaines de citoyens et citoyennes ont enfourché leur bicyclette pour aller tranquillement rouler sur ce nouvel aménagement de la célèbre artère commerciale.

Ce tronçon du REV a toutefois fait couler beaucoup d’encre et de salive depuis le début de sa construction. Des commerçants ont signifié leur désaccord vis-à-vis ce projet, notamment à travers des lettres d’opinion dans les médias. D’autres ont emprunté la voie judiciaire pour tenter de forcer la Ville à faire marche arrière.

Cette réaction de certains marchands fait écho à ce qui s’est produit dans d’autres villes nord-américaines ces 10 dernières années. De New York à Vancouver, en passant par Toronto et San Francisco, les aménagements cyclistes semblent être devenus une sorte de Bonhomme Sept Heures.

Les pistes cyclables : bonnes pour le commerce

Réaménager une artère commerciale pour diminuer l’espace occupé par la voiture, après des décennies de domination automobile dans la planification du territoire, a de quoi donner la frousse aux propriétaires de commerces, particulièrement dans un climat économique déjà incertain (pandémie de COVID-19, commerce en ligne qui sangsue une bonne part des ventes, crises économiques…).

Toutefois, si le passé est garant de l’avenir, les retombées sont beaucoup plus positives que négatives lorsque l’on accorde plus de place aux déplacements à vélo sur les artères commerciales d’une grande ville.

Vous voulez des exemples? Près de chez nous, Toronto a implanté, il y a quelques années, une piste cyclable sur la rue Bloor. Résultat? Les magasins ont vu grimper le nombre de visiteurs et, en moyenne, les consommateurs se sont mis à dépenser plus pour chaque visite en commerce. De l’autre côté de l’Atlantique, le Transport for London a découvert que les commerces ont bénéficié d’une hausse allant jusqu’à 30% de leur chiffre d’affaires grâce aux nouveaux aménagements cyclables à certains endroits de la ville.

D’ailleurs, cette étude indique que les consommateurs qui se déplacent à pied ou à vélo dépensent en moyenne 40% plus que les personnes qui se déplacent en voiture!

Et cette tendance s’observe aussi à Portland, Seattle, New York, San Francisco, Melbourne, en Nouvelle-Zélande...

Sécurité pour tous et toutes

Le lundi 28 mai 2014, Mathilde Blais a enfourché son vélo pour se rendre sur la rue Saint-Denis. Elle sera par la suite happée à mort par le chauffeur d’un camion lourd sous un viaduc. Quelques mois plus tard, le coroner a déclaré de façon catégorique que le décès aurait pu être évité si les pouvoirs publics avaient mis en place, «dans l’aménagement urbain, des corridors de circulation sécuritaire pour les vélos, en priorité sur les artères principales».

Les nouvelles voies cyclables, comme celles sur Saint-Denis, offrent un espace dédié aux différents usages de la route. Cela permet de réduire considérablement les conflits et les irritants, puisque les cyclistes disposent ainsi d'un espace réservé. Le REV sur Saint-Denis bénéficie même de quelques traverses pour piétons pour faciliter la déambulation lors des séances de magasinage.

Build it and they will come

Une critique souvent entendue par rapport à la construction de pistes cyclables est la suivante : «mais pourquoi construire ces voies alors qu’il n’y a pas de cyclistes pour les emprunter?» À cela, je réponds : «avez-vous déjà entendu un ingénieur se demander pourquoi devrait-on construire un pont, alors que personne ne traverse la rivière à la nage?»

Prenons, encore une fois, l’exemple d’une ville canadienne. Il y a 10 ans, Vancouver a retranché des voies de circulation pour implanter des pistes cyclables protégées sur le pont Burrard. Dix ans plus tard, elles sont empruntées plus d’un million de fois par année, malgré les critiques qui affirmaient que Vancouver était trop froide et pluvieuse pour pouvoir y circuler à vélo de façon régulière.

Le REV risque donc de faire bien des heureux dans les prochaines années. Et les 4000 premières personnes qui ont enfourché leur vélo pour inaugurer la piste samedi dernier ne sont que l'avant-garde d'une foule de grands et petits cyclistes à venir.

Partager cette page

Rester informé

Restez informés : en vous abonnant aux envois, vous recevrez régulièrement des informations sur nos activités.

S'abonner à nos envois

Devenir membre

Avec le soutien de ses membres individuels ou corporatifs, Vivre en Ville participe depuis 1995, au développement de collectivités viables partout au Québec. Devenez membre et associez-vous à notre mission.

Devenir membre